Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Patrimoine
Table des matières
Actions sur le document

Patrimoine

L'Eglise Saint-Nicolas

Les origines de l’église d’Enghien sont assez mystérieuses. Une chose est sûre, le premier maître-autel est consacré en 1347. Saccagée, sinistrée, incendiée mais heureusement restaurée, telle se présente l’église décanale Saint-Nicolas.

Au début du XVe siècle, elle subira un incendie qui la détruira jusqu’ « au beelfroit ù les clocques pendent ». Après sa reconstruction, le sanctuaire subira encore plusieurs incendies (lorsque, ironiquement, le guetteur chargé de prévenir la Ville en cas d’incendie fit tomber son brasero et bouta le feu à l’église). L’église fut également touchée deux fois par la foudre et fut saccagée par les Sans-Culottes.

Cette église comprend quelques lieux remarquables comme la Porte à Loques, la chapelle Notre-Dame de Messine avec son superbe retable anversois du XVIe, des vitraux, œuvres de Max Ingrand (1964), la chapelle des Rhétoriciens, un triptyque en bois de style primitif flamand, des statues remarquables du XVe siècle, les fonds baptismaux…

Elle est aujourd’hui dégagée des maisonnettes qui l’entouraient et par lesquelles les Ducs d’Arenberg venaient assister à l’office pour ne pas se mêler à la foule. L’église peut ainsi étendre le corps majestueux de sa tour de style gothique brabançon et faire résonner son carillon, l’un des plus anciens de Belgique, qui compte pas moins de 51 cloches, dont la plus ancienne date de 1512 (Plus d'infos sur http://www.enghien-le-carillon.be).

L'église Saint-Sauveur à Petit-Enghien

L’église, dédiée au Christ Sauveur, fut édifiée vers l’an Onze cent avec des pierres tirées du sol du village de Petit-Enghien. Le premier août 1674, lors d’un orage exceptionnel, la flèche de l’église tomba et brisa toute la charpente. Un siècle plus tard, sur l’initiative de l’abbaye de Saint-Denis-en-Brocqueroie, les nefs et le chœur de l’église furent rebâtis sur les vieilles fondations.

Elle comprend notamment une grande toile retraçant la descente de croix, un chœur dont les lambris légèrement dorés, évoquent l’arche d’alliance, une chaire de vérité de style Louis XV reproduisant les quatre évangélistes et leurs attributs respectifs…

Eglise Saint-Anne à Labliau

Une première chapelle en l'honneur de sainte Anne a été construite en 1619. Elle est ensuite agrandie en 1690 jusqu'à former le chœur actuel. Labliau reçoit son premier vicaire en 1786, Nicolas Joseph Paternostre. En 1896, un arrêté royal de Léopold II érige l'église en succursale et promeut la création de la Fabrique d'église. A partir de 1901, une souscription est lancée pour la construction de l'église actuelle, dont la première pierre est posée le 23 mai 1904. Elle sera inaugurée l'année suivante. Le clocher a été abattu par la foudre et reconstruit en 1980. La cloche en bronze, nommée Gertrude, date de 1619.

Eglise Saint-Martin à Marcq

L’église paroissiale Saint Martin, classée en 1945, est un monument qui ne manque pas de caractère, de pittoresque, et qui dégage beaucoup de poésie, à l’image du très beau village qui se trouve à ses pieds, quelque peu en contrebas.

L’édifice a gardé son vieux cimetière avec quelques tombes intéressantes et son mur d’enceinte d’un autre temps. La Marcq, affluent de la Dendre, coule paisiblement au nord-ouest et sépare l’antique église du château seigneurial de Bornival dont il ne subsiste que la motte.

Posé sur un jubé de style Renaissance en pierre bleue d’Ecaussines, le petit orgue de Marcq présente l’inestimable intérêt de n’avoir subi que des modifications mineures depuis sa livraison voici plus de deux siècles.

Les comptes de l’église nous apprennent qu’il fut livré en 1772 par le très célèbre facteur d’orgues gantois Pieter 1er Van Peteghem, lui-même élève de l’illustre Jean-Baptiste Forceville.

Il s’agit d’un orgue de type positif, c’est-à-dire qu’il ne compte qu’un seul clavier.